Paris Rive Gauche

Vous êtes dans : Paris Rive Gauche > Les quartiers et leurs projets > 2 axes de circulation majeurs > L'avenue de France

L'avenue de France

Avenue de France - © Daniel Rousselot/Semapa

Architecte coordonnateur : Paul Andreu
Aménagement : Patrick Céleste (Austerlitz), Jean-Michel Wilmotte (Tolbiac et Masséna) et Ateliers Lion (Masséna Bruneseau)  

L'avenue de France, nouvelle artère majeure de la capitale, relie la gare d'Austerlitz au boulevard des Maréchaux et constitue l'épine dorsale de l'opération autour de laquelle s'organisent tous les quartiers. Elle croise toutes les rues qui descendent du 13ème vers la Seine.

Une place importante y est accordée aux piétons et aux vélos qui disposent de larges trottoirs et d'un terre-plein central planté d'une double rangée de Ginkgos Bilobas. Les bus circulent en site propre dans les deux sens.  La partie de l'avenue comprise entre le pont Charles-de-Gaulle et le boulevard Vincent-Auriol a été baptisée avenue Pierre-Mendès-France en 2002. 

Une avenue de Paris

L'architecte coordonnateur, Paul Andreu a observé les avenues et les boulevards de Paris. Il a analysé ce qui fait que l'une est plus agréable que l'autre, qu'on s'y sent mieux, qu'on s'y rend plus volontiers. ll a réfléchi aux types de bâtiments qui allaient border l'avenue de France, à leur volume, à leur hauteur, à la lumière qu'ils laisseraient passer et à l'ensoleillement.

avenue de france (Agrandir l'image). L'avenue de France - © Daniel Rousselot / Semapa

Il a proposé différents types d'aménagement : des voies de circulation pour faire passer les bus, les voitures, les vélos et les piétons. Il a déterminé des principes d'ensemble. Le plus subtil est d'arriver à doser la quantité de règles que l'on impose pour garantir l'homogénéité de l'avenue tout en préservant la capacité d'autonomie nécessaire à chaque architecte intervenant ensuite dans la réalisation des bâtiments. "Quand on prépare une avenue, on ne pense pas en terme d'oeuvre, mais on prépare le champ pour les oeuvres des autres." Cette phrase de Paul Andreu illustre bien la fonction qu'il s'attribue dans la genèse de cette avenue : offrir un cadre aux interventions des autres.

Un dessin à grands traits

L'avenue de France doit ouvrir sur les rues et les îlots avoisinants, desservir les immeubles de bureaux et de logements qui la bordent, faire traverser le quartier. On doit déterminer sa largeur, la hauteur des bâtiments, la taille des trottoirs, la largeur et la nature des voies qui y passent. Ce sont ces dimensions coordonnées les unes aux autres qui vont déterminer l'espace de l'avenue, son dessin général et l'atmosphère qui en découlera.

Avenue de France, octobre 2011 (Agrandir l'image). © D. Gauducheau

À terme, elle va donc comporter un trottoir de 8 mètres de large au nord, là où le soleil arrive et où il fait bon se tenir, et de 4 mètres au sud, prolongés d'une galerie de 4 mètres à l'abri des portiques des bâtiments (un peu comme la rue de Rivoli face au jardin des Tuileries). Le terre-plein central reçoit une double rangée d'arbres, des ginkgos bilobas, connus pour la richesse de coloris de leur feuillage, ainsi qu'une voie piétonne et une piste cyclable.

De part et d'autre roulent les bus et les voitures. Ces dernières ne peuvent stationner sur les côtés de l'avenue : une double hauteur de trottoir les en empêche.

Des détails essentiels

Deux architectes sont intervenus aux côtés de Paul Andreu pour déterminer "les traitements de surface" des deux parties de l'avenue, c'est-à-dire le choix des matériaux pour le revêtement des sols, le dessin des grilles de ventilation pour les voies de chemin de fer souterraines, celui des bancs, des lampadaires, le tracé de la circulation des voies. Patrick Céleste a définit celui de l'avenue Pierre Mendès-France, située entre la gare d'Austerlitz et le boulevard Vincent-Auriol , et Jean-Michel Wilmotte a réalisé l'aménagement de l'avenue de France compris entre le boulevard Vincent Auriol et le boulevard du général jean Simon.

Pour Jean-Michel Wilmotte, l'avenue de France s'inscrit dans un univers où le rail est présent, avec la gare d'Austerlitz, le RER et Météor. Il traite les grilles de ventilation et les grilles d'arbres de l'avenue de France avec le même dessin de forme légèrement bombée et de couleur vert wagon. Reliées les unes aux autres, les grilles forment une bande continue sur toute la longueur de l'avenue.

Avenue P.Mendès France (Agrandir l'image). Avenue Pierre Mendès-France - © Daniel Rousselot/Semapa

Pour Patrick Céleste, les choix en matière de traitement de surface ne doivent pas se faire sentir, il faut aller vers le plus de simplicité possible pour que le passant éprouve dans la nouvelle avenue un sentiment d'évidence, comme si le lieu avait toujours existé. Pour que ce travail d'urbanisme semble couler de source, il faut aller chercher dans les moindres détails l'harmonie et la fluidité, et aller à l'encontre d'un certain " bavardage ".

Le vélo à Paris Rive Gauche

Répondant aux besoins des parisiens de plus en plus nombreux à circuler en vélo, la présence d'une piste cyclable sur l'avenue de France s'est rapidement imposée. Dans la continuité de la politique menée dans toute la capitale, la voie réservée aux cyclistes s'inscrit avenue de France sur le terre-plein central. Des aménagements sont prévus pour passer d'îlot à îlot et franchir les différents carrefours.

Les lampadaires et les bancs

Tout le mobilier urbain présent sur l'avenue de France a été dessiné pour la Ville de Paris par Jean-Michel Wilmotte. L'éclairage est mixte : des lampadaires de voirie de 11 mètres alternent avec des éclairages piétons de 4,50 mètres. L'architecte a également dessiné des bancs simples et doubles alternant sur le terre-plein central.

Le sol et les escaliers

Avenue Pierre Mendès - France, Patrick Céleste a porté une grande attention au choix des matériaux pour le sol. Il a engagé un dialogue avec un spécialiste de la pierre et de la voirie pour mettre au point un système de dallage. La dimension des pierres, leur couleur, la façon dont elles sont assemblées, conditionnent la perception de l'espace, de la perspective et de la déambulation.

C'est un même travail de précision qu'il a mis en oeuvre pour dessiner les escaliers qui traversent les bâtiments le long de l'avenue Pierre Mendès France pour mener à la Seine. L'urbaniste rêve "qu'un jour, comme à Amsterdam ou à Vienne, les passants s'arrêtent pour venir s'asseoir quelques instants sur les marches d'un escalier, en suspens dans la ville qui bat son plein autour."

  • Haut de page

Publication

13 Urbain n°28, janvier-mars 2018
Lire en ligne Télécharger

Voir toutes les publications

Nous contacter

SEMAPA - Société d'Étude, de Maitrise d’Ouvrage et d’Aménagement Parisienne
69 - 71 rue du chevaleret
75013 Paris - FRANCE
Téléphone : +33 (0)1 44 06 20 00
Fax : +33 (0)1 44 06 21 00
contact@semapa.fr

Télécharger la carte de visite (.vcf)